En poursuivant la navigation sur ce site, j'autorise l'utilisation de cookies de suivis et de préférences.

Perles de Tahiti

Le très haut standing des perles de Tahiti

Comment déterminer la valeur d’une gemme et plus précisément celle des perles de Tahiti ? Il existe plusieurs critères répertoriés que Perleria de Tahiti et la Maison Georgia H. vous dévoilent ici.

La qualité des perles de Tahiti

La primauté des conditions d’élevage des huîtres Pinctada Margaritifera

Il existe différents types de qualité de surface d’une perle de culture de Tahiti. Afin de les comprendre, il est utile de rappeler que cette gemme est naturelle et grandit dans un environnement donné qui influe grandement sur ses propriétés et son apparence, et donc sur sa valeur.

Le hasard de la nature

L’importance de la vitalité de l’huître Pinctada Margaritifera dans laquelle se développe la perle se révèle bien sûr primordiale. Au cours du processus de culture à proprement parler qui dure environ 18 mois, le sac perlier est en perpétuelle transformation, puisqu’il grandit constamment avec la perle qu’il sécrète.

Tout anomalie survenant durant ce laps de temps aura des répercussions fâcheuses sur la qualité finale de la perle de Tahiti. Elle provoquera une désorganisation des sécrétions régulières avec des conséquences sur l’apparition d’imperfections plus ou moins importantes.

L’aspect de la surface de la perle de Tahiti

La surface de la perle de Tahiti est constituée d’une multitude de couches de nacre perlière qui se déposent successivement autour du noyau (ou nucléus) greffé dans l’huître.
Ce processus n’est pas uniforme et aboutit à la récolte de perles qui sont toutes différentes les unes des autres. La qualité d’une perle de Tahiti s’apprécie d’abord à l’œil nu en se focalisant sur deux caractéristiques : l’état de la surface et le lustre.

Premier élément de comparaison qualitative des perles de Tahiti

Il convient de vérifier si cet état de surface est plus ou moins lisse et présente ou non des imperfections. Celles-ci résultent de phénomènes naturels susceptibles d’altérer la couche perlière : rayures, fissures, creux, bosses, bourrelets, excroissances, dépôt de matières organiques, etc. Précisons qu’une surface parfaite et sans défaut concerne très peu de gemmes, qui sont alors considérées comme Top Gemmes.
Plus la perle se montre parfaite, plus elle est unique et rare et plus sa valeur marchande est importante. Outre la taille, la forme et la couleur de la perle de Tahiti qui déterminent en partie sa richesse, des critères de qualité concernant sa surface sont minutieusement étudiés afin de procéder à sa classification.

Réglementation, classification A, B, C et D et épaisseur de nacre

Une taille minimale requise

Afin de pouvoir répertorier la qualité des perles de Tahiti, une classification a été établie par les instances dirigeantes de Polynésie française. Ces dernières veillent également à la mise en œuvre et au respect des réglementations concernant les perles dont la qualité est jugée impropre à la commercialisation et à l’exportation.

Les perles dont l’épaisseur de nacre est inférieure à 0,8 mm et celles présentant de trop nombreuses imperfections sont évacuées des circuits commerciaux.

Les différentes catégories de standing

Des normes de classification sont utilisées afin de déterminer la qualité des perles de Tahiti. Voici la classification propre à la Polynésie française. Celle adoptée sur le marché international est différente. Notez que la Maison Georgia H./Perleria de Tahiti utilise une classification personnalisée et simplifiée empruntant à la fois aux nomenclatures tahitienne et internationale.

Catégorie parfaite ou Top Gemme

Elle concerne les perles sans aucune imperfection présentant un excellent lustre.

Catégorie A

Elle est employée pour les perles présentant 90% de surface sans imperfection. Les 10% restants ne doivent pas dépasser quelques défauts légers. Le lustre est très bon.

Catégorie B

Par rapport à la catégorie précédente, le taux d’imperfection toléré descend à 70 %, avec possibilité d’apparition d’un ou deux défauts évidents. Le lustre reste bon.

Catégorie C

La proportion de la surface qualitative de la perle baisse jusqu’à 40%. Le lustre devient moyen.

Catégorie D

Cette classification est accolée aux perles de Tahiti présentant des imperfections légères ou profondes sur plus de 60 % de leur surface. Le lustre devient médiocre, voire faible.

L’épaisseur de la nacre

L’épaisseur de la nacre est enfin le dernier critère retenu pour répertorier la qualité d’une perle. Ce facteur affecte en effet la durabilité et parfois la beauté de la gemme. Les perles de Tahiti ont la réputation de posséder une nacre épaisse résultant de la longue période de gestation au sein de l’huître hôte. Les perles dotées d’une épaisseur de nacre trop fine sont détruites.

Destination de luxe

Shopping de luxe, hôtels, spa, skis, restaurants gastronomiques... Découvrez ce que l’Andorre peut vous offrir

En savoir plus

Recevez nos
dernières actualités

Inscrivez-vous dés maintenant et découvrez en exclusivité les offres et nouveautés de notre boutique Georgia H. Andorre

S'inscrire